WebAgencyFail

Un tweet a révélé l'auteur de ces petites phrases dont certaines devenues cultes depuis ces 10 dernières années.

Ce 8 octobre 2019, le twittos @STPo annonce la nouvelle. C'est, pour beaucoup, une double nouvelle :

  1. Le compte twitter @webAgencyFail va peut-être être "cédé"
  2. La personne qui est derrière est maintenant identifiée

En dehors des tweets de remerciement et de félicitations sur la tenue de ce compte et du site dédié, on voit rapidement fleurir des gazouillis spéculatifs, ou incitatifs, un peu à la manière de LinkedIn (ce réseau de personal branding) où les personnes pouvant être intéressées et/ou recommandées sont directement citées, comme on peut le voir ici où ce sont pas moins de 4 personnes qui sont identifiées comme "repreneuses" potentiels...

webagencyfail, oct. 2019

L'auteur @STPo indique reçevoir beaucoup de propositions de reprise (une quinzaine de candidatures) du site internet webagencyfail.com et du compte twitter. Le nom de domaine déposé le 22 mars 2010 a en effet suivi le compte twitter créé en juin 2009.

Métriques du compte twitter : 1250 tweets, 84,2K followers

Cela peut réprésenter une aubaine pour certaines personnes.

Sauf que l'auteur précise bien qu'il ne cédera ce projet qu'à une autre personne désireuse de poursuivre dans la même lignée, c'est à dire sans objectif de monétisation (du site ou de l'audience).

C'est une précision capitale, que je mets en parallèle avec (rappelez-vous) : la fausse fin annoncée du Gorafi en septembre 2015, qui a finalement laissé la place à une refonte complètement monétisée. Lire les comptes-rendus sur Sitanim http://sitanim.fr/post/pourquoi-gorafi-fini (publié le 1 septembre 2015) puis la suite ici http://sitanim.fr/post/pourquoi-gorafi-fini-pub (publié le 14 mars 2016).

Il est effectivement primordial de s'assurer de la reprise désintéressée pour Web Agency Fail.

L'épineux problème de la reprise

En effet, on peut se poser beaucoup de questions sur l'intérêt de reprendre un projet, dans un but totalement désintéressé.

Ci-dessous un twittos fait remarquer :

C'est assez naïf de s'imaginer que quiconque reprendra cette affaire saura garder des principes et la tête froide devant la possibilité d'atteindre 85k personnes. Je préfererais également que l'initiative meurt la main sur le coeur !"

Commentaires webagencyfail, oct. 2019

Premièrement, on peut penser que oui effectivement, ça va être dur de trouver la bonne personne, face à la meute d'opportuns qui vont voir un moyen de tirer des bénéfices, d'une façon ou d'une autre.

Mais ensuite... le jugement de valeur porté par ce twittos est, à l'image des échanges sur les réseaux sociaux, très réducteur.

Pourquoi pas, après tout ? Pourquoi STPo ne trouverait-il pas la bonne personne ? Les interwebs sont-ils pourris jusqu'à la moelle à ce point qu'on ne trouve plus que des charognards sur les réseaux ? N'y a t-il donc plus aucun blog, media, site web gratuit, qui ne monétise pas son audience, qui ne met pas de trackers webs sur ses pages, qui n'affiche pas de bandeaux ou bannières de régies publicitaires toutes plus versées dans l'abrutissement via le sensationnel et le clickbaiting ?

Tout serait donc perdu ?

Un arrêt du projet à cause du manque de contenus ?

La raison invoquée, la lassitude.

Mais en outre, se pourrait-il qu'en quelques décennies, les agences web se soient professionnalisées et ne commettent plus les bourdes qui nous ont tant fait rire (mais pas leurs clients) ?

La décision d'arrêter purement et simplement

Une semaine après, STPo annonce qu'il ne cédera finalement pas le projet.

La suite

Dans un tweet une semaine plus tard - https://twitter.com/webAgencyFAIL/status/1184083443749142528 STPo tance les foules veules qui voudraient récupérer le nom de domaine :

"Bref. Je vais faire un backup de tout ça chez moi et cesser de renouveler le nom de domaine à partir de tout de suite (les gros chacals du web c'est votre moment : guettez, vous allez pouvoir le racheter et le revendre pour vous faire 14,79 euros de plus-value.)"

Distorsion. On ne parle pas de 15 euros de plus-value dans le milieu du domaining, et encore moins celui du SEO. On peut facilement parler de plusieurs centaines d'euros aux enchères. Dans le meilleur (?) des cas (le plus respectueux) le nouvel acquéreur utilisera le NDD pour faire une redirection vers un autre site, dans le pire des cas on peut imaginer qu'un repreneur utilise le NDD pour un site parodique "à la webagency fail"...

PS : certains lecteurs perspicaces m'ont fait remarquer que le compte twitter WebAgencyFail suivait désormais une personne. C'est vrai, maintenant qu'il n'y a plus de secret, tout le monde peut voir qu'il s'agit de STPo.

PPS : d'autres lecteurs encore plus perspicaces m'ont fait remarquer les hashtags populaires dans Twitter : oui, il y a bien #Hellfest pour lequel je me suis fendu d'un billet à la gloire des deux pass 3 jours que j'ai obtenu (en toute légalité).

Edit du 23.10.2019 : Christophe (@STPo) a répondu aux commentaires sur l'article de son blog officiel https://www.stpo.fr/blog/webagencyfail-compte-a-85k-abonnes-a-donner-faire-offre/