Smaug est désolé ? moi aussi

Comme tous les dragons tendance "Donjons et Dragons" (les rôlistes se reconnaîtront), Smaug nourrit une obsession pour les richesses matérielles, et dort paisiblement sous une montagne d'or, de joyaux et autres pierres précieuses.

Après avoir vu cet épisode des aventures de Bilbo le Hobbit, j'ai réalisé que les producteurs étaient au moins aussi avides que la créature cracheuse de feu, et que cette pré quelle au Seigneur des Anneaux n'était qu'un exercice de remplissage de salles obscures.

Orcs, Nains, Elfes, Humains, Dragon, voilà à quoi peut se résumer ce film, et chronologiquement en plus. Avec des combinaisons comme Orcs + Nains, Nains + Elfes, Orcs + Nains + Elfes, Elfes + Humains, Orcs + Nains + Elfes + Humains...

Le séquençage est désolant de simplicité, le scénario mal orienté parmi toutes les adaptations cinématographiques possibles, et l'alternance entre les scènes d'action et la trame de cette quête, eh bien, heu, pitoyable.

Peut-être parce que j'ai vu les 4 autres films inspirés par JRR Tolkien... Plus les adaptations arrivent, plus je les trouve pauvres, plus j'ai l'impression d'être pris pour un imbécile venant prendre sa dose d'effets spéciaux chaque année.

Sauf que là aussi, tout s'est considérablement appauvri. On n'a plus droit qu'à quelques créatures, et le bestiaire est déjà majoritairement connu des fans :

  • montures d'orcs, ces sortes de croisement entre hyènes et lycan,
  • araignées en veux-tu en voilà, avec c'est vrai une espèce blanche d'araignée-loup géante inédite jusque-là,
  • différentes versions d'orc toutes plus belliqueuses les unes que les autres,
  • dragon Smaug

Effets spéciaux : le pire est à venir

Côté special FX, c'est très décevant. La plupart des combats n'ont plus rien de réalistes. Notamment la (trop) longue scène opposant les Hobbits dans la rivière aux Orcs, eux-même pourchassés par deux Elfes.

Cette séquence est risible de foutage de gueule : reprenant en clin d’œil une scène de la trilogie de Lord of the Rings au cours de laquelle l'Elfe glisse (surfe) sur un bouclier les marches d'un escalier pour faucher des rangs d'Orc, on le voit ici sauter d'Orc en Orc, surfer sur les branches, virevolter de tonneau en bloc de roche, le tout en taillant dans le gras des ennemis innombrables, ici avec son épée, la seconde d'après en décochant 12 flèches à la seconde avec son arc elfique, bien évidemment atteignant sa cible à chaque fois (très nombreux headshots inside).

Ici l'Elfe a les pieds sur la tête de deux nains, eux-même dans des tonneaux pris dans le courant de cette rivière tumultueuse... Pas grave, il continue de faire mouche avec son arc. Un peu plus loin, il fait pareil, sur une seule jambe... Trop fort.

C'est, vraiment, n'importe quoi. A ce niveau, ce n'est plus risible, cela perd toute crédibilité. Le traitement numérique des scènes de combat est vraiment trop connoté jeux vidéos. De quoi faire un épisode interminable énumérant les #fails de l'histoire du cinéma, version faux-raccords (http://www.allocine.fr/video/programme-12284/) !

Dans la séquence dont est extraite l'image ci-dessous, c'est un nain dans un tonneau qui joue à Donkey Kong et qui dégomme pas loin d'une vingtaine d'Orcs, simplement en rebondissant d'un côté à l'autre des berges de la rivière... Là ce sont les lois de la physique qui sont bafouées avec allégresse, et de la dynamique par la même occasion (les rebonds du tonneau sont dignes d'une balle, pas d'un tonneau contenant un nain obèse).

On retrouve ce goût de "port' nawak" vers la fin, alors que l'Elfe et le chef des Orcs s'affrontent et s'échangent des coups accompagnés de bruitages d'os qui craquent et d'organes qui implosent : finalement, les deux adversaires interrompent la bataille à peine essoufflés (l'elfe s'essuie quand même la bouche, comme s'il crachait du sang, mais on ne voit rien).

Conclusion : passez votre chemin !

A l'image des quatre autres films, la désolation de Smaug est une succession de scènes épiques et fantastiques dont la quête n'est que prétexte pour s'en mettre plein le yeux. Ceux qui (comme moi) ont lu les livres le savent bien. Malheureusement ici, le rendu n'est plus à la hauteur, et les ficelles sont beaucoup trop apparentes. On s'ennuie ou on rit, mais par pitié au vu de l'adaptation grotesque.

Dommage.

Quant aux fins, désormais célèbres comme les plus gros teasers de toute l'histoire, on s'en lasse aussi. Smaug a beau être réussi, et il a beau être en colère, je ne suis pas sûr d'aller le voir raser la ville lors du prochain épisode...

,