Partager sur les réseaux sociaux

L’hébergeur Gandi a découvert assez récemment les réseaux sociaux. En tous cas, leur potentiel marketing. Et aujourd'hui Lundi 22 juillet 2013, Gandi organise un concours dont le principe est de partager l'information sur les réseaux sociaux. En contrepartie de quoi, l'heureux.se gagnant.e a la possibilité de gagner 10 millions de crédits. Le concours dure 6 semaines (fin le 1er septembre) et désigne par tirage au sort le ou la gagnant.e de la semaine.

Parmi les réactions des internautes (Gandinautes ?)  suite au billet annonçant le concours, ici http://www.lebardegandi.net/post/2013/07/22/Gagnez-10-000-000-avec-Gandi on trouve des commentaires exprimant la déception et l'incompréhension. Pour certains, qu'une entreprise dont le slogan est "No Bullshit" en vienne à organiser des concours à base de mentions sponsorisées est une forme de déchéance.

L'adoration de la discrétion

Il en a toujours été ainsi. Pour une certaine partie de la population, ne pas faire de pub est un leitmotiv qui devrait assembler les communautés. L'approche artisanale est de mise. En réaction au culte du logo, de la marque omniprésente (ou dont le but serait d'atteindre cette omniprésence), il *faudrait* que les entreprises se développent et survivent sans avoir à jouer au bon petit webmarketeur 2.0

En théorie, c'est plutôt sympa. D'ailleurs, à titre professionnel, c'est également mon positionnement : je ne fais pas de prospection, ce qui arrive dans mon entreprise de communication et référencement web est la seule résultante du bouche à oreille.

Les concours viraux sont-ils efficaces ?

Je pense qu'il s'agit d'une première pour Gandi. Reste à étudier le sacro-saint Retour Sur Investissement. Peu d'investissement puisqu'il s'agit de contreparties en nature, mais pour quel gain de notoriété ? Sur les réseaux sociaux, le volume de données partagé chaque jour rend les opérations plutôt ponctuelles de ce type peu efficaces : si à la rentrée Gandi n'en remet pas une couche en Septembre, tout sera noyé et enterré par l'avalanche de messages perso sur la reprise, la rentrée scolaire, les buzz du moment, etc

Le fait de lancer l'opération pendant les vacances les plus longues semble donc l'occasion idéale pour faire un test.

Tout l'enjeu est de savoir si la côte de popularité de Gandi va grimper grâce aux nombreux partages, ou si l'inertie estivale ne va pas donner grand'chose, surtout face aux premières remarques suscités par les commentaires.

Chacun son choix

  • Qu'il s'agisse de participer au concours et de vendre son âme au diable en partageant sur Twitter, Facebook ou Google+, ou
  • Qu'il s'agisse de faire la promotion de Gandi d'une autre façon

Le choix est personnel. Mais à terme, il implique d'une certaine façon l'avenir d'une entreprise qui fait le choix de ne pas investir d'argent dans la publicité.

  • Un troisième choix est bien entendu possible : celui de ne rien faire. Simplement, payer pour un service ou produit.

Je ne parle pas de qualité de produits, de gamme de services, de politique tarifaire, etc : ce n'est pas un test.

Il est dans mon intérêt que Gandi soit pérenne.

Je gère depuis près de 10 ans des noms de domaine avec ce registrar. Je communique sur des blogs comme celui-ci, fournis sans surcoût AVEC l'achat d'un nom de domaine. Si vous regardez-bien, vous constaterez qu'il s'agit de blogs propulsés par Dotclear, un moteur de blog français gratuit qui est juste en train de reprendre de la vigueur. Et comme il n'y a pas de coïncidence, Gandi supporte ce projet.

J'utilise les services Gandi au quotidien, sur une multitude de sites et/ou blogs, depuis des années. Si demain Gandi devait annoncer une situation financière difficile, j'en serais peiné et professionnellement en difficulté.

Donc si un billet de blog comme celui-ci peut renforcer leur notoriété et inciter des lecteurs à souscrire aux différents services, je suis heureux de contribuer.